A propos

Qui suis-je ?

Ignorant tout ou presque de la sécurité sociale, j’ai signé un CDI avec la caisse de retraite du régime général en 2001. Avec le recul, je me dis qu’il est regrettable que nous n’apprenions pas à l’école comment fonctionne et comment nous, actif·ves, finançons très largement le système de protection social français, l’un des plus redistributifs au monde.

Notre système de retraite obligatoire fonctionne selon le principe de la répartition. C’est à dire que les cotisations versées au cours d’un mois par les actif·ves au titre de l’assurance vieillesse servent à payer les pensions de ceux et celle qui sont retraité·es au cours du même mois, et ce faisant les actif·ves se créent des droits futurs à la retraite. À la sécu, on ne capitalise pas, on redistribue dès le lendemain selon le droit et les besoins de chacun·e.

Pendant près de 20 ans j’ai été ce que l’on appelle un travailleur social. Technicien retraite, agent retraite de proximité, conseiller retraite puis formateur aux métiers de la retraite, j’ai découvert, appris puis compris la mécanique complexe de la retraite en suivant évidement des formations institutionnelles.

Sur le terrain, en face à face, les mains dans le moteur, attentif aux questions, aux inquiétudes, en essayant toujours de faire un pas de plus, le pas nécessaire à l’expertise, ma curiosité, mon appétit, ma réflexion, et quelques rencontres m’ont permis de progresser jusqu’à ce que la confiance acquise, je ressente le besoin de quitter le régime général pour voler de mes propres ailes. J’étais à l’abris, mais je suffoquais dans les couloirs institutionnels.

Salarié pendant 17 ans au sein du réseau de l’Assurance Retraite (CARSAT/CNAV/Institut 4.10), j’ai décidé de quitter cette institution en 2019. J’ai bâti ma propre structure après une année de césure. 

En quittant le régime général, en délaissant le monde non marchand pour rejoindre le monde marchand, sans pour autant délaisser une dimension sociale à laquelle je suis particulièrement attaché, j’ai pu franchir aux yeux de certain·es une ligne rouge, le Rubicon. C’est dommage. La société a besoin de chacun et chacun doit trouver sa place dans la société.

Le départ à la retraite n’est pas une maladie, n’est pas un handicap et n’est pas le signe de ce que du jour au lendemain, celui ou celle qui s’en va prendre sa retraite, bascule immédiatement dans la vieillesse. Ceci dit, anticipé ou non, bien ou mal vécu, que l’on soit « riche » ou que l’on soit moins « riche », le passage de la vie active à la retraite est une transition  de vie pour chacun·e. Pour le plus grand nombre d’entre-nous, la retraite institutionnelle constitue une large part du patrimoine financier. 

Aujourd’hui, en 2022, on vit plus de 25 ans à la retraite. Alors oui, la retraite ça se prépare.

Je suis ni économiste, ni comptable, ni financier. Je ne suis rattaché à aucune obédience politique. Je ne suis pas un philosophe. Je me suis attribué le titre d’expert retraite. C’est un peu pompeux, mais que voulez-vous, il faut bien se décrire à un moment donné pour être identifié. Dans le même temps, j’ai accompagné plus de 10000 personnes vers la retraite, conduit autant d’entretiens et j’ai formé plus de 500 apprenants. 

Je souhaite délivrer au plus grand nombre un éclairage construit, rigoureux, réfléchi et accessible. 

La retraite, ce n’est pas qu’une cotisation obligatoire, un droit selon un statut, une durée d’assurance, un nombres de points acquis, une date d’effet ou une procédure administrative. C’est tout cela et bien davantage. C’est une ressource, l’aboutissement d’une vie. C’est un lien inter-générationnel qui unie toutes les générations vivantes, un horizon, un espoir, un aboutissement, un soulagement, une crainte. La retraite par répartition, c’est le fruit d’un effort collectif rendu en bout de course à son point d’individualité.

 

Mon parcours :

Entre 2001 et 2019, j’ai accompagné près de 10 000 futur·es retraitées. Dans le réseau de la CNAV, j’ai formé plus de 200 personnes aux métiers de la retraite et depuis que je suis indépendant, j’ai accompagné près de 300 personnes vers la retraite. 

Porteur d’un BTS sanitaire et social, d’une licence “Gestion de la Protection Sociale“, d’un diplôme de “liquidateur de retraite” obtenu en 2003, d’un brevet fédéral d’accompagnateur de randonnée pédestre  validé par la fédération français du milieu montagnard (FFMM), je suis référent sport-santé après avoir suivi une formation auprès de la fédération française des clubs omnisports (FFCO).

Cette question du passage de la vie professionnelle à la retraite est passionnante. Voilà une transition qui, comme d’autres, secoue parfois un peu. Le sujet est aussi complexe et technique.

Ma méthode de travail se résume à mon expérience, à mes formations, à mon engagement auprès des personnes que j’accompagne, pour certaines gracieusement lorsqu’elles n’ont pas suffisamment de moyen. Mes clients, je les aime un peu. C’est idiot de dire cela, mais pour bien bosser il faut apprécier ceux et celles pour lesquels on travaille.

 

Quel public ?

J’accompagne prioritairement les salariés du secteur privé et agricole, les agents non titulaires de la fonction publique, les indépendants non salariés et assimilés salariés et les professions libérales. 

Je veille à ce que chacun soit pleinement satisfaits de mon service de telle sorte qu’il.elle en redemande, de telle sorte qu’il.elle vous me recommande.

Vous souhaitez obtenir plus d’informations, contactez-nous, nous serons heureux de vous répondre.