Recourir à un expert privé de la retraite ? Quels intérêts pour les salariés et les entreprises ? Avril 2020

Recourir à un expert retraite privé - Pourquoi ?

Depuis une dizaine d’années, la loi a institué un droit individuel des assurés à être informés sur leur retraite. Pour remplir cette mission les régimes obligatoires de retraite, de base et complémentaire, se sont regroupés et ont créé un groupe d’intérêt public (le GIP Info Retraite www.info-retraite.fr).

En se connectant sur ce site on peut visualiser notre parcours professionnel et télécharger un relevé individuel de situation (RIS) qui restitue les trimestres, les salaires et les points acquis acquis auprès des différents régimes de retraite auxquels nous avons été affiliés. 

Pour les régimes de retraite rendant une mission de service public, sous tutelle de l’Etat, la reconstitution de carrière est un enjeu important. 

Quels sont les services « retraite » du droit à l’information ? (Remarquez bien qu’il s’agit d’information, pas de formation).

1/ Dès notre premier emploi, grâce aux cotisations sociales que nous versons (en réalité ce sont les entreprises qui financent la totalité de nos cotisations vieillesse y compris la part salariale), nos régimes de retraite ouvrent un compte à notre nom. Sur ce compte sont enregistrés les périodes et les revenus ayant donné lieu à cotisations et/ou les périodes ouvrant des droits à la retraite (chômage, maladie, invalidité… par exemple). C’est notre relevé de carrière. 

2/ À partir de 35 ans, nous recevons tous les cinq ans un relevé de individuel de situation (RIS). Il comporte une synthèse des droits obtenus dans tous nos régimes de retraite et le détail de ces droits, régime par régime.

Ce document nous informe sur nos retraites obligatoires uniquement. Il ne comporte aucune information sur l’épargne retraite individuelle ou collective qui relève des régimes de retraite non obligatoires. 

Si vous constatiez des manques ou des erreurs, Marche et Démarches vous conseille vivement de contacter dès maintenant les régimes de retraite concernés.

3/ À partir de 45 ans, vous pouvez bénéficier sur demande d’un entretien information retraite individuel (EIR). Gratuit, ce rendez-vous permet de faire le point sur vos droits à la retraite. Vous risqueriez de ne pas en revenir ! 

Les organismes gérant le régime de retraite complémentaire AGIRC-ARRCO proposent des EIR. Ayant des solutions d’épargne retraite (PER…), de santé et de prévoyance, voilà possiblement l’occasion d’en faire la promotion.

Les CARSAT, les CGSS, les MSA ayant à charge la gestion du régime de retraite de base (régime général ou régime agricole) sont en revanche beaucoup moins « emballées » par l’EIR. Exsangues, ces organismes souffrent des conventions d’objectif et de gestion de la branche retraite négociées entre l’Etat et les caisses nationales. Finances à sec, effectif réduit, processus lourd et complexe, législation « millefeuille », chacun est aux ordres des indicateurs de production. 

La gratuité, comme une « roue de secours », est mise en avant. Mais rien toutefois n’étant jamais vraiment « offert » sans contrepartie, les EIR réduits pour l’essentiel à la promotion des services en ligne et proposés à partir de 59 ans, répondent difficilement à la singularité des salariés et à la réalité des entreprises.

45 minutes, c’est « ultra-timé ». Accrochez-vous, soyez « awere » et disponible ! À la sortie, sans trop exagérer, les assurés doivent être autonomes, « co-produire » et ne plus revenir. 

Marche et Démarches ne blâme pas pour autant ces organismes, les agents font ce qu’ils peuvent avec les moyens qui leur sont alloués.

3/ À partir de 55 ans, nous recevons un nouveau relevé de carrière accompagné d’une estimation indicative globale (EIG) selon différents âges de départ à la retraite. 

Franchement, elle n’est pas belle la vie ?

Demain matin, si tout va bien, monterez-vous dans votre voiture sans savoir où vous allez ?

Les âges de départ à la retraite qui figurent sur ce document sont indicatifs ainsi que l’estimation du montant de votre pension. Malheureusement, et les caisses de retraite n’y sont généralement pour rien, mais les erreurs sont nombreuses, fréquentes et la régularisation de la carrière peut s’avérer un véritable casse-tête. Difficile dans ce contexte de carrière dégradée de faire des pronostics fiables.

Puis-je me débrouiller seul ?

Avec un peu de patience, de concentration, et d’attention vous devriez y arriver bien entendu. Les salariés par exemple,  qui n’ont eu qu’une seule trajectoire professionnelle n’ont pas un immense intérêt à contacter un expert privé, sauf à mieux comprendre la mécanique de la législation vieillesse et à apprécier la sécurisation que l’expert apportera, ainsi que le confort, car disons le très clairement toutes ces vérifications et formalités n’ont rien de très sexy. 

Si votre carrière est linéaire et exhaustive, si vous envisagez un départ à l’âge légal, si vous n’avez qu’un seul employeur par exemple, si vous avez acquis la durée d’assurance exigée pour avoir le taux plein, si vous maîtrisez bien la législation vieillesse et ses dispositifs (il est vrai que c’est tellement simple et surtout tellement drôle), si vous n’avez rien de mieux à faire, bien entendu vous pouvez très largement vous satisfaire de vous-même et/ou des éléments de réponse qu’auront pu vous apporter les caisses de retraite. 

À moins de tomber sur Peter, le conseiller retraite parvenu à son niveau d’incompétence, vous aurez réponse à toutes questions. Le Principe de Peter, vous connaissez ?  Selon ce principe, tout employé a tendance à s’élever à son niveau d’incompétence, avec pour corollaire qu’avec le temps, toute fonction sera occupée par un employé incapable d’en assumer la responsabilité.

En revanche, je serai moins catégorique pour les autres. Si vous cherchez à optimiser votre fin de carrière ou celle de vos salariés, à payer moins de charges, à améliorer votre trésorerie sans dégrader vos retraites ou celles de vos collaborateurs, à ne pas avoir à gérer la liquidation de vos droits à la retraite, à préparer vos collaborateurs à l’après-travail, à les sensibiliser à la prévention sport-santé… il est vivement conseillé de recourir à un expert privé. 

En matière de retraite, il n’y a pas de plan B. 

À la différence d’une recherche d’emploi par exemple. Sauf exception, les retraites sont calculées une fois pour toutes et de façon viagère. Dans bien des situations, un salaire, un trimestre, une période assimilée manquante, vont dégrader une estimation et fausser complètement un pronostic de départ à la retraite. Il est donc absolument nécessaire de veiller à ce que votre carrière soit correctement mise à jour. Tous les justificatifs que vous fournissez aux caisses de retraite doivent être exploités. N’en abusez pas pour autant. Conservez systématiquement vos originaux et ne remettez pas de valises de photocopies à vos interlocuteurs.

Si je fais intervenir un expert, le montant de ma pension va-t-elle doublée ?

Le créneau exploité par certains  experts privés est d’avancer qu’avec le concours d’un expert de la retraite, le montant de vos pensions va augmenter. Argument un peu facile, ce n’est pas tout à fait vrai. Même si une augmentation de 50 euros par mois représentera un gain de 12 000 euros sur 20 ans !

Depuis 8 ans, j’ai eu l’occasion de corriger des situations invraisemblables :

  • Un salarié à qui une caisse de retraite refusait un départ anticipé à une date d’effet faute de prendre le temps de consulter les archives. 7 700 euros de rappel.
  • Un autre à qui la validation d’une période de chômage non indemnisé était refusée sans raison. Un départ à taux plein obtenu.
  • Encore un autre pour lequel, dans le cadre des accords bilatéraux signés entre la France et certains pays étrangers hors Europe, la liaison inter-régime n’avait pas été faite, il était parti en retraite avec un taux de liquidation fortement déprécié. Un taux de pension augmenté et un rappel sur 5 ans. 6 700 euros rappelés. Bingo !
  • Je pense à ces clients pour lesquels le minimum contributif n’avait pas été mis en paiement
  • À cet autre client, bénéficiaire d’une retraite définitive après qu’il ait perçu une retraite progressive, et pour lequel 12 mois plus tard la retraite complémentaire était encore réduite du coefficient de 0,31 de la retraite progressive. 4 600 euros de rappel !
  • À cette dame qui souffrait à l’idée de n’être plus personne à la retraite
  • À cette autre personne qui ne maitrisait rien du WEB et à qui l’on a répété inlassablement « rendez-vous sur votre espace personnel »
  • Au président d’une SAS qui, réduisant sa rémunération à un plafond annuel de la sécurité sociale, va considérablement soulager sa trésorerie, réorienter sa rétribution et augmenter son assurance-vie totalement transmissible à ses enfants. 25 000 euros redistribués. 

Qui sont ces professionnels de la retraite ?

Comment dans bien des domaines, il y a des gens sérieux et des charlatans. Des gens qui ne flairent que le business et d’autres qui sont conduits par l’utilité, la volonté d’accompagner, d’aider, de sécuriser leur clientèle. Des gens comme vous et moi, dont le coeur de métier a été la retraite ou les ressources humaines se lancent dans cette aventure. Des gens curieux et qui veulent donner du sens à leur vie. Beaucoup, comme moi, ont exercé à un moment donné dans une caisse de retraite. 

S’il m’arrive de lire parfois, ici ou là qu’aucun diplôme ne valide ou ne protège le terme “d’expert retraite », ce n’est pas tout à fait exact. Je suis titulaire d’un diplôme de « liquidateur » obtenu en 2003 après une formation de 8 mois avec l’UCANSS et la CNAV, d’un BTS SP3S, d’une licence professionnelle de Gestion de la Protection Sociale, d’un brevet d’accompagnateur de randonnée pédestre et d’un d’un diplôme de prévention sport-santé. 

Et puis surtout, je travaille depuis plus de 20 ans dans ce domaine. J’ai accompagné depuis 2001 plus de 10 000 personnes vers la retraite et j’ai formé 500 personnes aux « métiers de la retraite » à travers plus de 2 500 heures de formation. 

Ça ne fait pas de moi le messie de la retraite, mais ça doit vous en rassurer. 

Bien d’autres experts retraite réalisent un travail remarquable.

Quels services doit proposer un expert ?

Un expert retraite n’est pas un expert « de tout ». Son domaine ne peut être la retraite, la fiscalité, le patrimoine, la prévoyance, la santé, l’expertise-comptable… Il doit savoir déléguer, reconnaitre pour lui-même le principe de Peter, savoir s’entourer et inviter ses clients à consulter d’autres experts. 

Grâce à son concours, son analyse rigoureuse, sa vigilance, son suivi, son écoute attentive, vous pouvez bénéficier d’un dispositif que vous ne maîtrisiez pas, que vous ne connaissiez pas, que vous n’osiez pas mettre en place (retraite progressive, cumul emploi retraite, départ anticipé, changement de statut…), alors là, ça peut tout changer !
  • Une vérification des droits acquis au cours de la carrière professionnelle. C’est d’autant plus important si vous avez changé de job et de statut, si vous avez travaillé à l’étranger, si vous avez été au chômage, en maladie, si votre carrière mouvementée n’a pas de cohérence à la lecture de vos relevés de carrière du régime de base et du régime complémentaire. Les risques d’oublis ou d’inexactitudes se multiplient et les délais de régularisation peuvent être décourageants. Pire, dans certains organismes de retraite, très très peu de contrôles sont effectués. Conséquence, si votre carrière est dégradée, la note sera salée. Une prise d’attache avec la caisse de retraite devra être initiée par l’expert retraite de sorte que la demande de régularisation de la carrière soit actée. Conservez précieusement tous vos contrats de travail, fiches de paye, attestations d’indemnisation chômage, maladie… 
  • D’une manière ou d’une autre, sous une forme ou sous une autre, vous devez recevoir un bilan , le comprendre et bénéficier d’un entretien oral avec l’expert. Ce bilan personnalisé, ce n’est pas un copié-collé sur papier glacé ni du RIS ni de l’EIG, surtout s’ils sont truffés d’erreur. C’est un document qui s’adresse à vous seul qui vous explique les tenants et les aboutissants de votre carrière, et vous présente les perspectives d’optimisation possibles de la fin de votre carrière. Chiffres à l’appui et arguments (avantages et inconvénients) vaut-il mieux prolonger un activité au-delà de l’âge légal et bénéficier d’une surcote, exercer le plus tôt possible un cumul emploi retraite, opter pour une retraite progressive, un rachat de cotisations… N’oubliez pas de profiter de la vie ! Le temps passe.
  • Un expert retraite vous accompagne lors des formalités administratives à la liquidation des droits retraite (dépôt, suivi jusqu’à la notification des droits…). Ce service, et uniquement ce service ouvre droit à un avantage fiscal puisque les sommes déboursées sont intégralement déductibles des pensions imposables (article 13 du Code général des impôts et BOI-RSA-PENS-30-10-10-20150421).
  • Un expert retraite conseille les entreprises, épaule le service RH, éclaire la DRH sur la situation avant-retraite d’un salarié, rencontrer le salarié s’il donne son accord et faire en sorte qu’une négociation, quelle qu’elle puisse aboutir  (départ volontaire, licenciement, rupture conventionnelle, indemnité, rachat de cotisation…) à l’avantage de l’un comme de l’autre.
  • Certains experts retraite, dont je suis, proposent des formations professionnelles aux services RH et/ou aux salariés. Le cadre est précis, nous abordons la législation vieillesse, les dispositifs de l’assurance retraite, les formalités administratives et les périphériques au départ à la retraite généralement sur 2 journées.
  • Un expert retraite honnête, sérieux et respectueux doit pouvoir réduire sa prestation, selon la situation de son client, à une simple consultation individuelle (téléphonique, web ou en face à face) laquelle apportera un éclairage suffisant au bénéficiaire, quel qu’il soit, salarié, indépendant ou entreprise.
Grâce à son écoute, sa curiosité, son expérience vous pouvez bénéficier d’un accompagnement vers la retraite. Si la retraite n’est pas une maladie, si le départ à la retraite n’est pas comparable au passage de l’heure d’été à l’heure d’hiver, le départ à la retraite est un vaste changement dans le quotidien qu’il est préférable de préparer. 
  • Parce que la retraite ne se réduit pas à une date d’effet, à un montant de pension, ou une formalité administrative, Marche et Démarches aborde le départ à la retraite dans sa globalité et à cet effet propose des stages de « préparation à la retraite » qui se déroulent généralement sur 4/5 journées. Marche et Démarches propose une immersion dans le projet « retraite ». 2 journées sont consacrées à la « législation vieillesse » et aux « formalités administratives », 1 journée consacrée aux questions que suscite l’approche du passage de la vie professionnelle à la retraite (le travail, la liberté, la transmission, l’identité, l’existence, le vieillissement, la mort) et 1 journée diluée au cours des 4 journées et consacrée à la prévention sport-santé. C’est une prestation innovante et très complète. 

Combien ça coûte ?

Cher ! Trop cher direz-vous ! Sans doute. Tout est cher, tout est trop cher, surtout ce qui est gratuit !

Ça peut coûter  100 euros, 400 euros, 1 000 euros, 3 000 euros, 5 000 euros voire davantage en fonction de la complexité des dossiers (différents régimes de retraite étrangers, nombreuses périodes travaillées mais non validées…), des options que vous demandez et du type de la prestation (consultation, formation ou préparation à la retraite). Soyez réfléchi, il y a des tarifs qui ne relèvent pas du bon sens.

Ce que vous devez estimer, c’est ce que vous gagnerez à faire appel à un expert et là, en la matière, il n’y a pas de règle. De la sérénité pour l’un, de la lisibilité pour l’autre, de la fiabilité, un seul interlocuteur réactif, de la performance, de la convivialité, des échanges de qualité…

Dans tous les cas, si vous acceptez un devis, celui-ci doit être détaillé.

Prenez votre temps sans trop le perdre !

Gestion de la fin de carrière de vos collaborateurs, départ à la retraite, gestion du passage à la retraite…

Dans le cadre des mesures de confinement qui vont donc se prolonger au moins jusqu’au 11 mai, pour rester à vos côtés durant cette période :

  • Marche et Démarches poursuit ses consultations (sur rdv via message privé)
  • Marche et Démarches poursuit la prise en charge des formalités de nos clients et nos futurs clients
  • Et adapte son offre de formation via le WEB

Prenez soin de vous et de vos proches.

A bientôt,

Philippe