Prévention Sport-Santé – Marcher, un art de vivre !

Marcher, un art de vivre !

La marche à pied est bénéfique pour notre santé, notre bien-être émotionnel. C’est bien connu. Mais ce n’est pas tout. Sur les sentiers, au coeur de la nature, nos liens sociaux se renforcent, nos pensées s’éclaircissent, nos colères s’estompent et l’avenir se construit. 

En vertu des nombreux bienfaits procurés par la pratique régulière et progressive de la marche à pied, les séminaires de préparation à la retraite organisés par Marche et Démarches mettent à l’honneur cette activité. 

Frédéric GROS, professeur de philosophie à l’université Paris-Est Créteil, rappelle dans son magnifique ouvrage Marcher en philosophie, publié en 2009 aux éditions Carnets Nord, que la marche offre une liberté suspensive en raison de ce qu’elle nous déleste de tous les fardeaux !

Henri David THOREAU écrivait dans son journal :  « Il me semble que lorsque mes jambes commencent à bouger, mes pensées commencent à couler ». 

En plus, marcher c’est simple, écologique, économique et accessible au plus grand nombre !

Marche et Démarches s’est fixée pour objectif de promouvoir la pratique d’une activité physique ou sportive progressive et adaptée. 

Aussi, nous veillons à faire usage de la marche à pied tel un véritable outil d’aide au changement. Plus largement, nous ambitionnons de faire de la marche à pied un véritable art de vivre. 

Prendre l’air, ça fait vraiment du bien !

 

1 – La marche à pied stimule nos sens. 

Si marcher ne nous rajeunit pas, si marcher ne nous empêchera pas de mourir, marcher donne à vivre une expérience qui permet d’oublier le temps qui passe, les situations incertaines que nous traversons, le stress… Mieux, après quelques kilomètres, tout marcheur oublie quelque peu ses soucis, sa condition, son âge… 

Si marcher est pour l’Homme un geste ancestral, il n’est pas un geste anodin. 

Lorsque nous marchons, tous nos sens sont engagés. Les paysages que nous traversons nous transcendent. La nature émerveillant nos pupilles nous apaise. Nous ressentons un calme profond s’installer. Notre lucidité augmente. 

Cette tranquillité de l’âme s’apparentant à l’ataraxie d’EPICURE,  transmet à notre cerveau des messages de dynamisme, de joie et de gratitude. L’ataraxie, c’est l’absence de troubles, une quiétude profonde. 

J’en ai fait l’expérience lorsque je suis parti marcher autour du monde sur 3 000 kilomètres de la Chine au Chili : www.breakandtrek.com

Voici un extrait de ce que j’écrivais en janvier 2018 :

« L’île du sud de la Nouvelle-Zélande me conduit sans préavis vers l’une de mes plus grandes cuites. C’est l’ivresse de la randonnée. C’est ici je crois que débute ma « grande révolution des sacs à dos ». Je ne me lasse pas du souvenir des plis du Lindis Pass dans le Central Otago et des pentes herbeuses du Ben Lomond à Queenstown. J’ai cru deviner ici les plis de l’Extase de Sainte-Thérèse du Bernin, là-bas ceux du tombeau de Ludovica Albertoni. Ce sont les méandres métaphoriques d’une géographie de la beauté, une valeur anatomique. William James, vous aviez raison, « il est bien inutile de chercher dans une chambre obscure un chapeau noir qui ne s’y trouve pas ». Ces drapés pourraient être ceux d’une lingerie.

Je reste convaincu que les efforts que nous faisons pour voir la beauté ne sont jamais perdus. Cette beauté des lieux m’apaise. La main de l’Homme, ici, n’est pas intervenue. La nature est si belle lorsqu’elle se crée d’elle-même. Cette nature à la fois visible et cachée n’est pas reliée au réseau de voies de communication, ni principales, ni secondaires. Elle occupe, pour ainsi dire, un territoire à l’écart des Hommes. Un territoire qui ne souffre d’aucune anthropisation. Elle est ainsi préservée et toute entière livrée à sa prose poétique. Quel randonneur n’a pas dans ses jours de rêverie espéré un tel miracle ? Il y a partout suffisamment de merveilles pour nourrir chaque jour les journaux d’une pleine page de silence. Le silence, l’espace et la solitude associés à la lenteur de la marche sont les conditions idéales pour s’interroger sur moi et la place que j’occupe dans le monde. Dans cette nature, je m’émerveille à chaque instant de chaque instant. L’expérience que je fais ici de l’étendue, de la solitude et du silence n’a jamais été aussi forte. Je me sens libre et apaisé. Je ne cherche plus à dissimuler ma présence au monde. Je me sens follement vivant. J’éprouve cette délicieuse impression de pouvoir saisir la vie au moment où je m’apprête enfin à la vivre. Viendra bien le moment où la vie m’abandonnera. Aussi, sans plus attendre, je veux croire que la vie n’est jamais trop brève à celles et ceux qui savent n’en point perdre une miette. La vie m’a donné un corps qui fonctionne, un cerveau qui tient la corde. Chaque jour, je remercie ma bonne étoile. Je me sens glisser dans un insondable état de joie, rassasié de ce que je vis».

Vous sentez-vous vivant lorsque vous êtes assis dans votre salon à regarder un film ou à naviguer sur votre smartphone ? Non, je ne le pense pas. Si les divertissements passifs nous sortent immanquablement de notre réalité quotidienne, pendant quelques instants, ils améliorent notre vitalité de façon éphémère et superficielle.

 

2 – La marche à pied ralentit notre vieillissement.

Lorsque je marche, à l’inverse du processus naturel du vieillissement, mon corps s’active, mes muscles se densifient, la fatigue disparait, l’énergie est au rendez-vous et mon cerveau se met à fonctionner avec clarté. Je ressens un véritable enthousiasme physique et psychique ! 

La randonnée comme toute activité physique ou sportive ralentit le vieillissement naturel du corps. La densité osseuse augmente avec la marche à pied tout autant que nos neurones se connectent les uns aux autres, améliorant ainsi nos capacités cognitives.

Marcher dans la nature stimule les cellules du cerveau et brûle le cortisol, l’hormone du stress, laissant notre corps et notre cerveau plus agiles et plus flexibles. Voilà pourquoi, lorsque nous sentons la colère monter, mieux vaut aller faire un tour !

Il est enfin prouvé que la marche à pied (en particulier les randonnées de plusieurs heures), entraîne une production accrue de la télomérase (c’est une enzyme qui permet la conservation de la longueur du chromosome), déclenchant un processus anti-âge dans nos cellules. 

https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/29555-Une-activite-physique-reguliere-augmente-l-esperance-vie-monde

 

3 – Réduisons notre empreinte carbone !

Marcher est un cadeau pour la planète et pour chacun de nous. 

Chaque pas que nous faisons bénéficie à notre ADN et stimule la reconstruction de toutes nos cellules, en ajoutant de nouvelles cellules saines à notre corps et en renouvelant les plus anciennes. Vous rendez-vous compte, durant une randonnée de quelques heures, même durant une simple promenade de 30 ou 60 minutes, nous reconstruisons notre corps !

Aussi, lorsque nous préférons la marche à pied à l’automobile, au bus, ou à la trottinette, nous réduisons notre empreinte carbone. Prenons en conscience car lorsque que nous marchons, notre souffle  s’éprend à chaque inspiration de l’oxygène émis par les plantes environnantes peuplant les bois, les haies, les prairies, les champs lesquels embellissent les territoires ruraux de la planète. La vie des animaux, notre vie, tient à la photosynthèse. Quel miracle d’être en vie ! Tout cela repose sur quelques constantes extrêmement stables et précises. 

 

4 – Trouver un nouveau soi

En entrant dans une vie de marche, vous vous sentirez mieux, vous dormirez mieux et votre humeur s’améliorera. C’est votre compagne ou votre compagnon qui vous remerciera. Vous découvrirez votre moi, celui que vous avez peut-être délaissé pendant 40 ans d’activité ! Marchez régulièrement pour faire cette expérience. 

Alors, n’hésitez pas, franchissez le pas, et faites de la marche un mode de vie. Adoptez la marche à pied à l’heure de la retraite si vous ne l’avez pas fait avant, faites en un art de vivre. Réduisez vos heures de sédentarité et augmentez vos heures de marche en faisant vos courses à pied, en vous promenant avec vos amis, avec vos enfants, traversez l’Auvergne, le Forez, le Vercors, venez découvrir la forêt de Saou près de Crest, rendez-vous au théâtre, au cinéma, à la prochaine invitation à pied. Quittez votre bureau en remontant les berges du Rhône, ou celles de la Saône, vous vous offrirez-là un formidable sas de décompression dans lequel vous vous reconstituerez.

Et si vous êtes à quelques mois de prendre votre retraite, offrez-vous un séminaire de préparation à la retraite avec Marche et Démarches. Marcher, vous aidera à vivre pleinement le passage de la vie professionnelle à la retraite. Nos sessions de préparation à la retraite sont utiles et dynamiques.

 

5 – Lorsque la marche devient une addiction

Subordonnée à la régularité et à l’intensité de votre effort, marcher crée une véritable dépendance. Lorsque nous augmentons le temps et les distances de marche, progressivement, nous nous sentons de mieux en mieux. Quelle que soit notre condition physique, quel que soit notre âge. 

Lorsque nous faisons un effort suffisamment intense, notre corps produit de la dopamine, c’est l’hormone du plaisir. 

 

6 – Allez plus loin !

Si vous êtes curieux, intéressez-vous également à l’épigénétique, c’est bluffant !

https://www.rtl.fr/actu/bien-etre/michel-cymes-vous-explique-ce-qu-est-l-epigenetique-7795790561

https://www.youtube.com/watch?v=I-nBT6U9Qpo

Si la génétique constitue un des piliers de notre vie, conditionnant en partie notre longévité, l’alimentation, le lien social et l’exercice d’une activité physique sont tout aussi importants. Je reste convaincu que la marche à pied constitue un ressort formidable dans la vie de chacun et donc dans son vieillissement.

De même, prendre conscience de notre respiration, prendre le temps de s’attarder dans le présent – n’est-ce pas être présent au présent – s’arrêter sur nos sensations, s’ouvrir à notre conscience intuitive et se laisser, pourquoi pas, cheminer vers une spiritualité… Cette dernière apporte du réconfort et nous invite à réduire les excès et les mauvaises habitudes. 

Voilà sans doute quelques bonnes pistes pour vivre & vieillir agréablement.

 

Philippe